Alice
Écrit par Alice

Visiter Barcelone en 4 jours : ce qu’il faut voir

| 0 commentaire

En quatre jours à Barcelone, vous avez le temps de vous imprégner de son atmosphère vibrante et colorée, d’admirer ses plus précieux joyaux et de profiter de son front de mer. Seul inconvénient, si vous ne connaissez pas bien la ville : vous risquez de vous y perdre et de rater le meilleur. Tout est beau à Barcelone, certes, mais c’est encore mieux si vous avez un guide.

Voici votre carnet de route pour visiter Barcelone en 4 jours.

Premier conseil : prévoyez de bonnes chaussures, vous allez bien vadrouiller !

Jour 1 : Plaça Catalunya, Rambla, Boquería, Quartier Gothique, Sagrada Familia

Votre aventure barcelonaise commence dans le cœur historique de la ville…

Plaça Catalunya

Une partie de la vie sociale vrombit autour de cette place centrale. C’est l’une des places les plus animées de la capitale catalane et un point de rencontre stratégique, pour aller explorer d’autres quartiers de la ville.

Cette place monumentale a été inaugurée en 1927 et reste depuis cette époque l’épicentre d’un mouvement ininterrompu. Arrêtez-vous quelques minutes pour observer le ballet quotidien qui s’y tient. Vous y remarquerez les flots de touristes qui déferlent par vagues, les locaux pressés qui la traversent en courant, les anciens et les amoureux qui se figent sur les bancs publics et quelques curieux qui nourrissent les nuées de pigeons sous le nez des enfants.

Tout autour, les grands magasins lui font une couronne de boutiques, de chaînes de restaurants, cafés et fast-foods. C’est notamment là que vous trouverez El Corte Inglés (équivalent de nos Galeries Lafayette).

Plaça Catalunya au centre de Barcelone

Rambla et marché de la Boquería

Au Sud de la place (pointant en réalité vers l’Est), la célèbre Rambla descend vers la mer. C’est sans aucun doute l’avenue la plus célèbre de Barcelone.

Il s’agit en fait d’une rue semi-piétonne, qui ondule sur 1,2km jusqu’au vieux port (Port Vell). Une promenade emblématique à laquelle vous ne couperez pas si vous découvrez Barcelone pour la première fois ! Vous y croiserez des statues vivantes et sûrement quelques artisans locaux, des kiosques à fleurs et d’autres à bonbons… Et quelques terrasses de restaurants (qu’on ne recommande pas, car le rapport qualité-prix y est exécrable).

Pour info, la Rambla est née de la fusion de plusieurs rues de la ville au fil des siècles. Elle a pris la forme qu’on lui connaît aujourd’hui après un ravalement général au XIXe siècle, qui a intégré une large voie piétonne au centre et des rangées d’arbres pour la border.

Arrêt obligatoire, si vous y passez : le merveilleux marché de la Boquería.

Un marché couvert qui a le pouvoir fantastique de vous faire saliver rien qu’à son évocation (une fois que vous connaissez l’endroit, bien sûr). Vous y tomberez sûrement en émoi devant les étals de fruits et légumes savamment rangés par couleurs pour attirer l’œil, d’épices et de bonbons, de jambons et autres surprises.

Étal de fruits colorés dans le marché de La Boqueria à Barcelone

C’est l’occasion de faire un peu de shopping gastronomique, si vous comptiez ramener de la charcuterie à la maison – ou tout simplement vous offrir une petite pause grignotage sur la route. Arrêtez-vous sur un coin de table, dans l’un des « puestos » qui bordent le marché, pour déguster quelques tapas typiques de la cuisine locale.

Quartier gothique

Après vous être arraché(e) aux saveurs de la Boquería, retournez-vous pour pénétrer les ruelles étroites du Barrio Gótico. C’était autrefois le tout premier noyau urbain de Barcelone, le cœur de la ville romaine à l’époque où elle s’appelait encore Barcino. C’était alors une colonie commerciale, stratégiquement établie là par les Romains au 1er siècle avant J.C.. Vous trouverez quelques traces de ce passé antique dans les rues et sur le tronçon de muraille qui enserre encore les restes du centre, près de la cathédrale.

Au Moyen-âge, le quartier s’est élevé à toute vitesse, à coups de clochers (d’églises, de palais et de monastères). La marque de l’architecture gothique s’identifie encore parfaitement, entre autres, dans les flèches et les sculptures qui ornent toute la Cathédrale Sainte-Croix (ou Sainte-Eulalie).

Centre-ville de Barcelone Carrer del Bisbe

Le quartier gothique reste un patchwork d’éléments historiques qui se superposent et imprègnent les recoins charmants de la Plaça de Sant Felipe Neri ou le mystérieux Puente del Bisbe. Pensez à traverser la Plaça de Sant Jaume, siège de la mairie de Barcelone et de la Generalitat, et d’où partent aussi les événements folkloriques les plus emblématiques de la ville.

Où déjeuner dans le quartier gothique ?

Quand vous aurez vadrouillé à travers les âges et les mystères du centre historique, vous aurez sans doute le ventre gargouillant. Si vous n’avez pas fait de provisions à la Boquería, vous trouverez de quoi vous restaurer dans le Gótico. Notamment l’antique Can Culleretes (Carrer d’en Quintana, 5), la Bodega Vasconia (Carrer d ‘en Gignàs, 13 ) ou encore El Louro (Rambla dels Caputxins, 37), quelques-uns de nos favoris.

Visite bonus : le quartier du Raval et le MACBA

Vous aimez le mélange des cultures et l’ambiance fourmillante de ces vieux quartiers ? Faites donc un tour dans le Raval. Pour cela, revenez sur vos pas et retraversez la Rambla. Vous débarquerez alors dans un quartier tout en contradictions. À l’image des quartiers Nord de Paris ou des quartiers les plus vivants de Marseille, les rues branchées débouchent sur des ruelles délabrées, la scène alternative et les shows traditionnels de flamenco s’alternent au fond des bars, les restaurants internationaux le disputent aux fast-foods… Un bouillon rugissant aussi apprécié qu’épuisant ! On adore.

Quartier Raval Barcelone

Le quartier souffre encore d’une vieille réputation selon laquelle il était le plus dangereux de Barcelone. Aujourd’hui bien plus calme et apaisé qu’avant, c’est aussi le terrain fertile des associations qui promeuvent l’inclusion sociale et culturelle. 

Entre les projets de réaménagement urbain et les multiples programmes d’insertion, la qualité de vie dans ce quartier a bien évolué. Il est aujourd’hui plus accueillant et dynamique pour les résidents comme les touristes.

Vous passerez sans doute devant son centre culturel le plus connu : le MACBA (Musée d’Art Contemporain de Barcelone). Le musée abrite une riche collection d’art contemporain, mais il est aussi célèbre pour sa grande place piétonne, striée de skateurs venus du monde entier. C’est enfin un ancien repère des soirées étudiantes, qui perd petit à petit son identité liée au « botellón ».

La Sagrada Familia

Dernière étape de cette première journée intense à Barcelone : on vous offre la Sagrada Familia ! Une fabuleuse basilique, imaginée par Antoni Gaudí dans un style moderniste et qui, comme certain(e)s l’auront remarqué, est encore en travaux aujourd’hui. Mais plus pour longtemps ! Ce « projet infini » qui dure depuis 1882 n’en a plus que pour quelques années (2026) !

Les travaux ne sont évidemment pas un obstacle à sa renommée puisque l’œuvre se visite depuis toujours. C’est même le tourisme qui contribue à financer les travaux.

Malgré les échafaudages, vous pouvez parfaitement admirer ses splendides façades retraçant des épisodes bibliques en sculptures, tomber d’émoi sous les jeux de lumières mystiques des vitraux à l’intérieur, ou encore profiter de la vue panoramique offerte par l’une des deux tours visitables.

Le plafond de la sagrada familia vu de l'interieur

Notez que la Sagrada Familia est l’un des monuments les plus visités d’Espagne ! Il est donc indispensable de réserver votre billet à l’avance.

SAGRADA FAMILIA
Entrée avec Audio-Guide

Jour 2 : Parc Güell, Gracia, Casa Viçens, Passeig de Gracia, La Pedrera, Casa Batlló

Pour votre deuxième jour à Barcelone, nous vous proposons de vous immerger un plus en profondeur dans les merveilles créatives du plus grand architecte catalan, Antoni Gaudí.

Le Parc Güell

Entamez votre journée en prenant un peu de hauteur sur la ville. On commence par le Parc Güell, ses sublimes terrasses en mosaïques et ses maisons en pain d’épice (ou presque). Antoni Gaudí a dessiné ces jardins et multiples demeures en 1900, pour l’entrepreneur Eusebi Güell.

Admirez, en vous promenant dans les jardins, les trouvailles malicieuses disséminées par Gaudí au fil des allées. Une salamandre vous surveille du coin de l’œil à l’entrée du parc, l’avez-vous vue ? Passez sous les colonnes doriques de la salle hypostyle, sous le curieux Pórtico de la Lavandera ou encore sur la Plaza de la Naturaleza, avant de vous offrir la traditionnelle photo depuis les bancs en mosaïque ondulants. 

Parc Guell Barcelone mosaïques

Votre billet d’entrée du Parc Güell vous donne aussi accès à la Zona Monumental, déclarée patrimoine mondial de l’UNESCO.

Parc Güell
Achetez en ligne

Quartier de Gracia et Casa Viçens

En redescendant du Parc Güell, prenez la direction du quartier le plus proche : Gracia. Vous arrivez là dans un quartier bohème aux petites rues semi-piétonnes et aux immeubles bas. Ses boutiques de vêtements et d’artisanat durable sont réputées et sa vie nocturne en fait l’un des quartiers les plus appréciés des locaux.

Certaines de ses places pittoresques ne dorment presque jamais (pour le plus grand plaisir des voisins…), comme la Plaça del Sol et la Plaça del Diamant. Si vous cherchez une place en terrasse, sachez qu’il faut se lever tôt. Mais c’est ce qui fait le charme de ces endroits !

L’autre raison majeure de visiter ce quartier est son joyau architectural tout récemment restauré : la Casa Viçens. C’est l’une des toutes premières œuvres de Gaudí (à peine atteinte la vingtaine, l’architecte produisait déjà ce genre d’œuvres sublimes…). Attendez-vous à un bijou du modernisme, parsemé de détails complexes et de motifs floraux d’inspiration naturelle locale. On l’aperçoit de loin, avec sa façade de carreaux de céramique multicolores. On ne peut que vous encourager à entrer visiter la maison, elle vaut vraiment le coup d’œil.

Passeig de Gracia, La Pedrera, Casa Batlló

Prolongez l’émerveillement en rejoignant le Passeig de Gracia. C’est l’équivalent des Champs-Élysées à la barcelonaise, qui recense également une foule de demeures remarquables. Ici, entre les hôtels et les boutiques de luxe apparaissent les hôtels particuliers de quelques nobles catalans du début du XXe siècle… qu’on doit pour la plupart à Gaudí ! 

La Casa Batlló est l’une de ces pépites conçues par Antoni Gaudí et qui attire chaque année des millions de touristes. Vous la reconnaîtrez à sa façade excentrique, toute en mosaïques de couleurs et en balcons ondulés qui semblent sortis d’un conte de fées. Entrez la visiter, l’audioguide vous racontera l’histoire de chaque pièce, les idées aussi farfelues qu’innovantes qui les ont conçues et les légendes qui les habitent.

Hall de la casa batllo avec de la céramique bleue aux murs

Jeux de lumières merveilleux, monstres marins et dragons, inspiration florale et boisée, vous vous retrouverez plongé(e) dans un univers fantastique qui se prolonge jusque sur le toit de la Casa.

À quelques centaines de mètres de là trône une autre demeure de Gaudí : la Pedrera (officiellement connue sous le nom de Casa Milà). Sa forme sinueuse vous évoquera un banc de sable incongru, à l’angle d’immeubles au style tout-à-fait classique. Si l’intérieur est moins féérique que la Casa Batlló, attendez-vous tout de même à des vues spectaculaires (notamment sur son toit absolument fabuleux).

Jour 3 : Born, Ciutadella, Palau de la Música, Port Vell et Barceloneta

Troisième jour à Barcelone, direction la plage et les quartiers (antiques, eux aussi), qui bordent le front de mer.

Le quartier du Born

Comme le Barrio Gótico, le quartier du Born a su harmoniser la mémoire du passé et la furie de la vie actuelle. En vous y promenant, vous verrez s’alterner de très vieilles boutiques de l’ère marchande médiévale et des artisans actuels, des restaurants et hôtels de luxe et des bars obscurs mais joyeux… Avec en son centre, la jolie basilique de Santa Maria del Mar, une imposante église gothique du XIVe siècle. Son architecture majestueuse contraste avec l’intérieur dépouillé mais lumineux, qui inspire tranquillité et dévotion.

C’est sans nul doute l’une des églises les plus réputées de la ville, notamment parce qu’elle occupe une place centrale dans plusieurs œuvres littéraires nationales.

A quelques pas de là se trouve le Musée Picasso (Carrer de Montcada, 15-23). Il contient une bonne collection d’œuvres du célèbre peintre espagnol Pablo Picasso et offre quelques perspectives intéressantes sur son évolution artistique.

Timbre imprimé en Espagne, commémorant le centenaire de la mort de Pablo Picasso, vers 1981.

Où déjeuner dans le Born ?

Pour une pause gastronomique de qualité (l’air marin donne faim !), vous pouvez compter sur l’offre du fameux marché de Santa Caterina (Avenida de Francesc Cambó, 16). Vous le reconnaîtrez à son architecture moderne et ses toits ondulés. Ce marché est réputé pour son large choix de produits frais (fruits et légumes, viande et poisson, et divers produits gastronomiques locaux). Là aussi, installez-vous à un comptoir et offrez-vous une dégustation (voir plusieurs !) sur le pouce. Rapide mais excellent !

Si toutefois vous préférez un lieu plus classique et de grandes assiettes, vous pouvez faire un tour au restaurant argentin El Foro (Carrer Princesa 53), célèbre pour la qualité de sa viande. Sur la même Carrer Princesa (numéro 16), le restaurant catalan Nou Celler vous évoquera une vieille cantine, où la cuisine est simple mais savoureuse. Enfin, autre lieu emblématique du Born, pour un déjeuner express composé d’excellentes tapas : le Bormuth (Plaça Comercial, 1).

Le Parc de la Ciutadella

Une fois votre ventre apaisé, filez vous détendre dans le Parc de la Ciutadella (Passeig de Picasso, 21), une oasis de tranquillité (ou presque). Ici, on vient souvent digérer, somnoler sur la pelouse (tout en gardant un œil sur son sac pour éviter les mauvaises surprises !). Vous pouvez aussi faire un tour en barque sur son petit lac central, une étape incontournable si vous découvrez Barcelone pour la première fois. Une pause douce et rêveuse au milieu de l’agitation ambiante.

Avec ses 17 hectares, le Parc de la Ciutadella est l’un des plus grands de la ville. Les Barcelonais en profitent pour pratiquer du sport en plein air, prendre des cours de danse ou de yoga, répéter de la musique ou, les week-ends, organiser les anniversaires des enfants en extérieur. 

Fontaine et cascade dans le parc de la Ciutadella de Barcelone

Établi entre 1875 et 1888, le parc revêt également une certaine importance historique car il fut le site de l’ancienne citadelle militaire, chargée par Philippe V de dominer la ville après la guerre de Succession d’Espagne au XVIIIe siècle.

Le Palau de la Música

Après avoir pris une bonne bouffée d’air frais au parc, ouvrez votre après-midi à de nouvelles découvertes architecturales, en commençant par le somptueux Palau de la Música catalana. Une œuvre d’art à tous points de vue, qui accueille des concerts et spectacles de musique classique, jazz et musiques traditionnelles. Vous le verrez apparaître à l’angle d’une rue étroite Carrer de Sant Francesc de Paula, dans la zone du Born qu’on appelle La Ribera.

S’il a tout l’air d’avoir été façonné par l’imaginaire de Gaudí, on doit en réalité ce bâtiment moderniste à un autre architecte catalan, Lluís Domènech i Montaner. Inauguré en 1908, c’est encore aujourd’hui un symbole de l’identité culturelle de la ville et un pilier des arts du spectacle à Barcelone. Sans compter qu’il est lui aussi classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, depuis 1997.

Vous pouvez l’admirer depuis la rue, ses façades imposantes mélangent allègrement briques rouges et mosaïques bigarrées, vitraux et sculptures classiques. L’intérieur suit la même dynamique, jusque dans la salle de concert en elle-même, couronnée d’un dôme de verre coloré qui étincelle en son centre. Si vous avez l’occasion, offrez-vous un concert de jazz, un opéra ou un spectacle de flamenco au Palau, c’est toujours un moment unique.

Rosace en vitraux au plafond de la salle du spectacle du Palais de la Musique Catalane à Barcelone

Port Vell et Barceloneta

Poursuivez votre descente vers le front de mer pour atteindre enfin les quartiers portuaires de Barcelone. La Barceloneta (ce qu’il reste des anciens quartiers de pêcheurs) et le Port Vell (vieux port, qui n’a plus rien de vieux).

Port Vell correspond à l’extrémité de la Rambla, il s’ouvre sous le bras tendu d’un Christophe Colomb planté sur un rond-point à une encablure du port. Avant sa restauration en 1992, cette partie du bord de mer correspondait au vieux port industriel, chargé d’entrepôts (souvent vides), de gares de triages et d’usines.

Aujourd’hui, toute cette zone est piétonnisée, encadrée de palmiers importés d’Amérique, avec une avancée pontée, la Rambla de Mar, qui mène au centre commercial Maremagnum et à l’Aquarium de Barcelone.

En démarrant votre promenade sous l’immense bâtiment de l’Autoridad Portuaria (ancien poste de douane du port) qui fait face au pont de la Rambla de Mar, vous pourrez admirer le port de plaisance où mouillent encore de nombreux voiliers. Vous croiserez aussi en chemin quelques sculptures amusantes, comme la Gamba (la « Crevette ») de Javier Mariscal et El Cap de Barcelona (le « Visage de Barcelone ») de l’artiste pop américain Roy Liechtenstein.

Rues du quartier de la Barceloneta

Traversez le boulevard en fin de promenade et descendez vers la droite dans le quartier de la Barceloneta. Ses petites rues quadrillées gardent une saveur authentique très prisée de tous, et que ses habitants essaient de protéger à tout prix. Là encore, les JO de 1992 ont totalement redessiné le quartier. Avant les Jeux, c’était un village de pêcheurs traditionnels, bordé de cabanons de bois et assez pauvre. Cette identité a disparu, mais on la sent affleurer par endroits, en prenant le temps d’observer la vie locale.

Faites une pause sur la place centrale de Barceloneta, qui abrite aussi le marché du quartier : la Plaça del Poeta Boscá. Jetez un œil autour de vous, certains immeubles datent du XIXe siècle et portent la trace des années… ainsi que la fierté des habitants qui affichent presque toujours le drapeau national catalan rouge et jaune à leur balcon. (Voire le drapeau jaune et bleu qui correspond au quartier même de la Barceloneta).

En arrivant à la plage, vous devriez tomber sur l’un des symboles de la transformation post-olympique de la Barceloneta. Observez bien, vous devriez apercevoir une drôle de sculpture sur le sable. Des cubes métalliques empilés de façon erratique, qui n’ont en fait rien d’une œuvre abstraite… Certains l’appellent « cubos de la Barceloneta », mais elle s’appelle réellement « Estel Ferit », soit « étoile blessée ». On la doit à la sculptrice allemande Rebecca Horn, qui a représenté ici les anciennes cabanes de pêcheurs, rasées pour laisser place au front de mer « propre » des Jeux Olympiques.

Statue des cubes sur la plage du quartier de barceloneta à barcelone

À l’autre bout de la plage, vous verrez se profiler le ventre gonflé de l’Hôtel W, qu’on appelle ici « l’hôtel vela » (« voile ») pour sa forme bien identifiable. À ses pieds, une jetée s’avance jusqu’au Mirador del Mediterranei et au Mirador Vela, deux points de vue uniques pour embrasser la mer et la ville d’un seul regard.

Si le temps le permet – et que vous appréciez les sports nautiques – le meilleur moyen de profiter de la côte barcelonaise est de vous lancer en mer. Louez une planche de paddle surf à la Barceloneta et pagayez quelques minutes sur les eaux calmes. La vue sur la ville et sa collerette de montagnes est vraiment relaxante. Ou bien préférez la terrasse d’un « chiringuito » sur la plage, pour regarder passer les coureurs, les patineurs et autres profils originaux qui déambulent en permanence le long de la promenade maritime. (Attention, la plupart des chiringuitos ferment l’hiver).

Où dîner à la Barceloneta ?

S’il se fait tard, terminez la journée en beauté en dînant de fruits de mers ou de tapas typiques. Vous avez l’embarras du choix dans ce quartier ! Vermút et tapas 100% locaux au Bar Electricitat (Carrer de Sant Carles, 15), menu plus raffiné au Bitacora (Carrer de Balboa 1), dîner sans fruits de mer au Can Maño (Carrer del Baluard, 12) ou au Barraca (Passeig. Marítim de la Barceloneta, 1).

Jour 4 : Camp Nou, Montjuic, Fondation Miró et Plaça Espanya

Dernier jour à Barcelone, tournez-vous vers l’Ouest ! On explore aujourd’hui la Plaça Espanya, la colline de Montjuic qui la surplombe et l’incontournable stade du FB Barcelone : le Camp Nou.

Le Camp Nou

Commençons donc par le point le plus célèbre de la liste, le Camp Nou (adresse : Carrer d’Aristides Maillol, 12). C’est le stade du « Barça » (l’un des clubs les plus titrés d’Europe), inauguré en 1957 et actuellement en travaux de rénovation. Il reste ouvert à la visite, nous vous invitons à lire notre article sur le Camp Nou pour savoir à quoi ressemblera votre expérience sur place. Sachez tout de même que c’est le 3ème plus grand stade d’Europe, il vaut le coup d’œil !

Le stade du FC Barcelone Camp Nou

Entre la visite du stade et le musée dédié à l’histoire du foot (dont le FB Barcelone a écrit quelques belles pages), vous avez de quoi passer un moment instructif, même si vous n’êtes pas un(e) passionné(e) du ballon rond.

Montjuic

Toutefois, si le foot ne vous attire vraiment pas, vous pouvez allez vous promener du côté de Montjuic, à quelques pas de là. Cette colline semi-boisée et labyrinthique offre des points de vue spectaculaires sur la ville. Elle recèle aussi d’innombrables surprises comme des jardins cachés, un théâtre antique, des musées et quelques œuvres d’art à ciel ouvert.

Pour l’anecdote, son nom est une contraction du catalan « Mont dels Jueus », soit la « montagne des Juifs », car elle abritait un cimetière juif au Moyen-âge. Depuis cette époque, Montjuic a notamment été le triste théâtre de nombreuses exécutions sommaires pendant la guerre civile espagnole.

Aujourd’hui, c’est un des lieux de promenade les plus agréables de Barcelone. À ses pieds, vous trouverez le Poble Espanyol (Avenida de Francesc Ferrer i Guàrdia, 13), un genre « d’Espagne miniature » et une attraction très courue aux airs de petit village dont chaque rue représente un style régional du pays. Montjuic abrite aussi le MNAC (Musée National de l’Art Catalan) et la Fondation Joan Miró.

Téléphérique de Montjuic avec vue sur la ville de Barcelone

Où manger à Montjuic ?

La colline en elle-même n’est quasiment pas pourvue en restaurants. Au mieux, vous y croiserez quelques buvettes très chères, qui ne vous rassasieront sans doute pas. On vous conseille donc de prévoir un pique-nique ou de redescendre l’autre versant, vers Poble Sec, où vous trouverez tout un tas de petits restaurants et bars de quartiers bien plus intéressants.

Si votre visite tombe un week-end, nous vous recommandons aussi un petit restaurant en plein air avec une superbe vue sur le port de commerce de Barcelone : La Caseta del Migdia. C’est un classique du coin, une terrasse bien connue qui propose des menus intégraux, située au niveau du Mirador del Migdia.

La Fondation Joan Miró

Comme son nom l’indique, la Fondation Joan Miró est un musée uniquement dédié au célèbre artiste catalan Joan Miró. Elle a ouvert en 1975, à la demande de Miró lui-même (et de son vivant), qui souhaitait implanter à Barcelone un espace artistique de renommée internationale. Avec le temps, la Fondation est devenue un lieu de promotion de la recherche et des études autour de Miró et de l’art contemporain. Un lieu attaché, aussi, à mettre en lumière la collection permanente de ses œuvres – évidemment.

Le musée présente cette originalité de savoir lier la nature et l’œuvre de Miró. Les éléments naturels faisant partie intégrante de sa création, son ami proche, Josep Lluís Sert, responsable du projet de musée, a choisi de l’implanter au cœur des parcs sauvages de Montjuic, où la végétation fait désormais corps avec l’espace d’exposition.

La Plaça Espanya

Achevez enfin votre visite sur l’une des places les plus imposantes de la ville, la Plaça Espanya dominée par une paire d’imposantes colonnes vénitiennes. Elles guident le regard le long de la longue Avenida de la Reina Maria Cristina, jusqu’au fier Palau Nacional de Montjuic et siège du MNAC. Toutes ces constructions remontent à 1929, année de l’Exposition Internationale de Barcelone.

Fontaine Magique

Le MNAC est l’un des musées les plus importants de Barcelone, où repose une immense collection d’art catalan du Moyen Âge au XXe siècle (peinture, sculpture, fresques murales originales, objets d’art décoratif ancien…). On y trouve aussi des œuvres de Rubens, Velázquez, Goya ou encore Tintoret, ainsi que des fresques romanes, uniques en Europe, qui représentent un important patrimoine artistique et historique de la région.

Vous pouvez admirer la ville depuis un autre point de vue privilégié (et gratuit), celui de la terrasse du centre commercial Las Arenas. Ce bâtiment circulaire moderne, qui remplace les anciennes arènes taurines de Barcelone.

La fontaine magique de barcelone la nuit près de la collenie de montjuic

Voilà votre aperçu des sites emblématiques de Barcelone. Vous devriez avoir réalisé un beau parcours en quatre jours, riche et intense. Si cet itinéraire vous a plu, n’hésitez pas à nous le dire !

    Il n'y a pas encore de commentaires
Laissez un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *